menu musicien & compositeur

Chroniques "Sous la surface des mots"

Sefronia mai 2008
Sous la surface des mots est une graine rare et précieuse. Prenez-en soin, elle prendra soin de vous. Chaque morceau est l’illustration d’un travail rythmique et sonore succulent. La musique de Laurent Rochelle est extrêmement complète. Tantôt, elle fait appel à un swing chaloupeusement groove ; tantôt elle s’inspire de phrasés M-base bien sentis ; ailleurs, elle n’hésite pas à emprunter aux formes de la musique classique, lui conférant une dimension formelle et solennelle parfaitement digérée ; toujours, un langage très cosmopolite, une world musique des genres.

Let’smotiv, janv 2007
Une plongée de toute beauté dans un univers mystérieux fait de musiques improvisées et de mélodies inquiétantes. Du graphisme ultra-soigné de la pochette du disque à la réalisation, irréprochable, tout nous conduit vers un onirisme expérimental doué d’une sensualité épurée. Huuum, qu’il est doux de tâtonner vers d’inconnus rivages, Sous la surface des mots…

Infratunes, janv 2007
Donnant dans un folklore hybride rappelant parfois Pascal Comelade, il suit, obstiné, sa route d’inventeur agréé d’airs contemplatifs. Détaché, il distribue les charges naïves et enchantées, qui enveloppent des thèmes simples autant qu’efficaces.

Le solénopole, mars 2007
En développant une approche climatique de la clarinette Laurent Rochelle confirme son statut d’artiste charnière entre le sphères jazz et musiques nouvelles. Résulte de ses dernières trouvailles un album en forme de carnet de rêves musicaux, album empreint de frénésie et de sensibilité. qui séduira les férus de paysages sonores sophistiqués.

Néosphère, avril 2007
Après le magnifique Conversations à voix basse, fondateur du label Linoleum, Laurent Rochelle revient en solo avec Sous la surface des mots, un disque tout aussi passionnant. Les sonorités de clarinette et l’approche transversale, un peu jazz, un peu musique contemporaine, un peu world aussi, font que l’on pense furtivement à un autre clarinettiste et multi-instrumentiste, Michel Portal, à son fameux Dejarme Solo, Les mélodies arpentent des sentiers tortueux. Elles glissent, dansent, virevoltent ou se font plus mélancoliques. L’ensemble a d’ailleurs l’aspect éclectique et cohérent d’une musique pour le cinéma, mais ne nécessite aucune image (y compris mentale) pour être apprécier. La musique est tout simplement belle et se suffit à elle-même.

Foutraque.com, juillet 2007
Décrire le dernier projet musical de Laurent Rochelle s’apparente à décrire la lune. Cet astre à la beauté ineffable, tantôt lumineux et éclatant, tantôt froid et distant. Une opposition tout en contrastes que l’on retrouve sur le second album solitaire (mais accompagné) du saxophoniste toulousain.Un précieux disque à conserver secrètement et à écouter jalousement comme ces doux poèmes que l’on consacre au plus beau satellite de notre planète. Dr Bou

sous la surface desmots